Skip to content

Accueil Actualités Création d’un collectif nazairien "STOP TAFTA"

Création d’un collectif nazairien "STOP TAFTA"

jeudi 8 janvier 2015, par EELV St Nazaire

Le TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement) ou GMT (grand marché transatlantique) est un accord de libre-échange et d’investissement négocié dans le plus grand secret par l’Union européenne et les États-Unis.

Les négociateurs européens et américains, avancent que le TAFTA, comme le CETA, traité de libre-échange conclu récemment entre l’Union européenne et le Canada, relanceront la croissance. Dans la réalité, l’un comme l’autre nivelleront par le bas les normes sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales. Ces nouvelles normes seraient placées sous le contrôle de tribunaux supranationaux d’arbitrage privés, hors de tout contrôle démocratique. Un tel traité consacrerait la domination des multinationales européennes et américaines au détriment des citoyens de part et d’autre de l’Atlantique.

Cet accord de libre-échange menace de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables. C’est la raison pour laquelle une large mobilisation de la population est nécessaire pour enrayer le TAFTA. Il faut faire vivre le débat partout dans les villes et les quartiers, sur les lieux de travail et d’étude pour enrayer le Tafta. Il faut sortir du piège des accords de libre-échange.

C’est pourquoi un collectif "Hors Tafta" s’est constitué à Saint-Nazaire. Il tiendra sa prochaine réunion le :

jeudi 15 janvier à 20 heures
à Agora, salle 2
à Saint-Nazaire (2bis rue Albert de Mun)

Son but premier est, en relayant les initiatives du Collectif national et de la coordination internationale, d’informer les citoyen-ne-s sur le TAFTA, de contribuer au développement de mobilisations (pétitions, réunions publiques, adresses, manifestations de rue...) afin que ce projet d’accord de libre-échange EU-USA rejoigne les poubelles de l’Histoire.

Contacts presse :

Chantal Moreau : 06 71 62 53 49
Augustin Grosdoy : 06 86 00 12 37

JPEG - 188.3 ko

Répondre à cet article