Skip to content

Accueil Le blog des militant-es écolos Réponse d’une écologiste à la situation de Leonarda

Réponse d’une écologiste à la situation de Leonarda

mardi 22 octobre 2013, par EELV St Nazaire

Les commentaires justifiant l’expulsion de Léonarda et sa famille vont bon train : le père a menti, il ne voulait pas travailler, elle est née en Italie, ce matin sur France Inter de Laurent Joffrin : il y aura toujours des expulsions, on ne peut pas accueillir tout le monde, suffirait-il qu’une famille entre irrégulièrement en france et mette ses enfants à l’école pour qu’elle soit régularisée ?

Que répondre à tout cela ?

Sur le dossier lui même de la famille Léonarda : je trouve bien fort tous ceux qui donnent des avis à partir de la situation administrative de la famille ! Toutes les militantes aux permanences d’aide aux personnes sans papiers savent combien c’est difficile à dêmeler et que dans tous les cas cela ne peut se faire qu’à la vue des documents !

Bref ! Au vu de ce que rapporte la presse, voici ce que je pourrai dire même si cela n’a pas voix juridique :

Tout d’abord il fallait 8 petites semaines supplémentaires de présence en France pour que la famille puisse prétendre à être régularisée !

Ceci en vertu de la circulaire Valls du 28 Novembre 2012, faite après l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement de gauche. Aux dires du Ministre de l’Intérieur, chargé aussi de l’Immigration ( comme si les politiques d’immigration relevaient de la Police !), cette circulaire fut écrite pour pemettre un traitement égal des régularisations et enlever de l’arbitraire. Soit . Elle dit donc, entre autres, que des parents d’enfants scolarisés peuvent être régularisés s’ils justifient de 5 ans de présence en France et si au moins un des enfants est scolarisé , même en pré-élémentaire ( ce qui était paraît-il une avancée ) avec « une bonne capacité d’insertion dans la société française ce qui suppose , sauf cas exceptionnels, une maîtrise orale au moins élémentaire de la langue française » ».

Or au vu des reportages télévisés : cette capacité élémentaire de parler français même pour le père est visible ( bien autant que beaucoup qui ont la nationalité française). La capacité d’insertion : le parcours de Léonarda le montre, sa capacité à parler dans les médias que nombre de français/es lui envierait .

Enfin c’est évident que les 3 ans de scolarisation sont effectués puisque la famille est là depuis 4 ans et 10 mois. Et les 5 ans de présence en France si difficile à montrer pour d’autres étaient réalisés dans 2 mois .

Donc fin décembre cette famille pouvait être régularisé selon les lois et réglements français . Cette expulsion démontre-t-elle que l’État Français veut empêcher des régularisaitons.. au moins celles qui déplaisent ?

Le père a menti ? Oui ce n’est pas acceptable et surtout … c’est « idiot » car l’administration finit par savoir la vérité et ça le rend plus difficilement défendable.

Mais on peut comprendre qu’on soit tenté de mentir pour trouver asile quand on apprend la réalité de vie des Roms au Kosovo, ce pays qui a été en guerre pour être indépendant mais qui a ensuite réduit la part de sa minorité Roms de 100 000 à 30 000 habitants, pays en proie au racisme anti-Rom !

Mais est-ce que mentir ainsi changeait quelque chose à leur situation administrative ?

En effet, on dit que Madame et les enfants seraient nés en Italie au lieu du Kosovo. Et alors ? Ce n’est pas parce qu’on naît dans un pays qu’on en acquière la nationalité ! Apparemment la presse ne mentionne pas que ces personnes aient la nationalité italienne .

Mais si c’était le cas, si ces personnes avaient la nationalité italienne, alors elles sont citoyennes européennes et ont donc le droit de circuler et d’être en France, elles ne peuvent pas être expulsées. C’est plutôt un argument contraire à l’expulsion.

Le père ne voulait pas travailler : quand on sait la difficulté de trouver du travail ..surtout quand on n’a pas de papiers !!

Le père fut violent avec ses filles, une plainte a été déposée. En droit pur, la plainte a été retirée donc que lui reprocher ? Et s’il y a violence, que la justice fasse son oeuvre mais l’expulsion n’est pas une peine (pour ce niveau là) ou alors c’est une double peine !

Et si on pensait que la situation de violence existait, si vraiment ce sont des considérations humanitaires qui prévalaient, solution toute trouvée ( hors juridique) : laissons la mère et les enfants en france à leur demande, le père ayant été expulsé la veille.

Enfin pour répondre à Laurent Joffrin et plus globalement : il existe aussi des Droits élémentaires contenus dans la Déclaration des Droits Humains et la Convention Européenne des Droits de l’Enfant comme celui de circuler, être instruit … que la France doit respecter.

Le monde entier ne veut pas venir en France ! Les déplacements migratoires les plus importants sont dans le sens Sud-Sud .

Ce sont 20 000 Roms en France, ce sont 200 000 et 400 000 étrangers en situation irrégulière en France or bien souvent c’est la France qui crée ces situations en ne renouvelant pas leurs papiers .

Est-ce impossible d’opérer des régularisations en continu en France qui a une population de 65,7 millions d’habitants, de respecter le droit de circulation, et surtout le droit d’asile si malmené (je pourrai faire une autre papier à ce sujet !) ?

Alors que les manifestations lycéennes continuent et s’amplifient !
Démission de Valls.

marie elisabeth

Répondre à cet article